FANDOM


Kim Young-Guk est un personnage dans Grand Theft Auto IV. Ce faux-monnayeur nord-coréen, déjà arrêté en 2003 par le Liberty City Police Department, parvient en 2008 à introduire des billets de banque contrefaits à Liberty City avec de l’aide, ce qui le placera à la tête de la mafia coréenne dans la ville et, du même coup, dans le collimateur de la Famille Gambetti qui demandera à Niko Bellic (le protagoniste) de l’assassiner.

BiographieModifier

Kim Young-Guk est né en Corée du Nord et a immigré aux États-Unis avec son père Park Young-Guk. Après une première tentative infructueuse de participer à l’importation de superdollars de Pyongyang à Liberty City en 2003, il fait appel au criminel irlandais Derrick McReary et à Niko pour son deuxième essai : la mission nommée « Babysitting » consiste à protéger son embarcation des tirs de rivaux jusqu’à son amarrage dans le quartier d’Industrial (arrondissement de Bohan).

Ce succès criminel fait gravir à Kim Young-Guk les échelons de la mafia coréenne dans l’État d’Alderney, dont il prend la tête. Cette promotion inquiète Jon Gravelli, le don de la Famille Gambetti, qui ordonne bientôt à Niko d’investir le lieu de réunion de la mafia coréenne, le restaurant Mr. Fuk's Rice Box, pour éliminer son chef.

S’il veut réussir la mission intitulée « Dining Out », le joueur devra traquer son adversaire en fuite hors du restaurant, jusqu’à ce qu’il supplie Niko de l’épargner, évoquant son amitié avec Derrick McReary. Ce dernier peut déjà avoir été tué pour accomplir la mission baptisée « Blood Brothers », Niko fera alors remarquer à sa victime que Derrick n’est plus. L’assassinat de Kim Young-Guk provoquera l’hostilité de la mafia coréenne dès que Niko se servira d’une arme à feu ou frappera un piéton sur leur territoire.

En missionModifier

AnecdotesModifier

  • Si le joueur détruit le véhicule dans lequel Kim Young-Guk devait s’échapper, celui-ci courra dans toutes les directions jusqu’à ce qu’il soit neutralisé. Si Niko force Kim Young-Guk à sortir de sa voiture, en revanche, celui-ci dégainera un SMG pour se défendre.
  • Le nom de Kim Young-Guk reprend celui de trois dirigeants nord-coréens successifs : Kim Il-sung, son fils Kim Jong-il et son petit-fils Kim Jong-un, ajouté au terme anglais « gook » (article de Wikipédia en anglais) qui désigne familièrement un Asiatique.
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .